Témoignages > Le plaisir féminin après une grossesse
Le plaisir féminin après une grossesse

"Bonjour, j'ai 36 ans, et bien que je sois scientifique de formation, je m'intéresse à la psychologie et aux analyses que cette science humaine peut apporter à notre quotidien. J'ai lu une phrase de Françoise Dolto qui m'étonne : " la sexualité féminine ne peut s'épanouir et atteindre ses pleines potentialités que lorsqu'une femme a accouché et qu'elle a réglé ses dettes oedipiennes." Mon vécu confirme le contraire. Aucun problème vis-à-vis de la sexualité depuis mes 17 ans.
 
Mes rencontres sexuelles étaient variées, riches, parfois intenses, sans complexes ni regrets. Je suis allée le plus loin possible dans les pratiques sexuelles qui me conviennent, puis un jour amour, mariage et grossesse. Au septième mois de grossesse, la sexualité a disparu de mon foyer. Après l'accouchement, aucun désir, l'arrivée de mon fils a fait même exploser le couple. J'avais envie d'avoir envie, sans résultats. Comme vous pouvez imaginer, après six semaines de mon accouchement, j'ai commencé à simuler le désir. Mon mari n'était pas dupe, et en plus mon corps ne pouvait admettre la présence d'un homme dans le lit. Toute pénétration devient douloureuse. Mon mari ne pouvait pas tolérer ce qu'il appelle ma folie et mes excès, il a fait sa valise. On n'est pas encore divorcé, mais je sais qu'il fréquente une autre femme. Comment faire ? Dolto avait tort, car je suis seule après une maternité. Mon gynéco me conseille de consulter un psy. Que me conseillez-vous ?"

 Le conseil de la sexologue : 

 Tout d'abord, Il est important de rappeler que Françoise Dolto a révolutionné la Psychologie mais que ses écrits ne sont pas des préceptes divins à appliquer à la lettre. Il est important de replacer les auteurs dans leur époque et chaque personne dans son contexte.

De plus, chaque femme a sa propre histoire. Cette histoire dépend de sa vie de fille, de femme, de mère mais aussi de la société dans laquelle elle vit. Ce que j’entends de votre histoire c’est que l’arrivée de votre enfant a bouleversé votre vie de couple mais surtout votre perception de la sexualité. Il est normal que le désir soit perturbé pendant cette période de la vie d’un couple.

Au troisième trimestre de grossesse, la sexualité se dégrade petit à petit : ventre tendu, fatigue devenant constante, douleurs du dos et sécheresse vaginale diminuent clairement le désir des femmes. Certaines se trouvent moins jolies avec leurs kilos en trop et commencent à avoir de vraies difficultés à s’habiller. De manière consciente ou inconsciente, certaines femmes se sentent moins désirables et peuvent considérer peu à peu leur corps comme un sanctuaire sacré, impénétrable.

Le désir sexuel est quelque chose de fragile qu’il faut écouter et entretenir avec son partenaire afin de pouvoir le faire évoluer positivement tout au long des événements de la vie. Simuler n’est pas une bonne solution, il faut parler.

Quelques soient les blocages, il faut de toute façon éviter de les laisser s’installer car les choses ne peuvent s'arranger d’elles-mêmes.