Femmes > Rapports sexuels douloureux
Rapports sexuels douloureux

Rapports sexuels douloureux : C’est quoi ?

 Les rapports sexuels douloureux et le vaginisme sont les principales causes féminines de la non-consommation de l’acte sexuel.

Ces deux symptômes ont des points communs notamment dans la prise en charge thérapeutique, mais ils ont aussi des différences. Les dyspareunies sont des rapports sexuels douloureux ou difficiles.

 On distingue habituellement deux types de douleurs à la pénétration :

 Quand la douleur se situe à l’entrée du vagin, on parle alors de dyspareunie superficielle. Cette douleur peut parfois empêcher la pénétration vaginale.

Par contre, si la douleur est plus profonde, dans le fond du vagin, on parlera de dyspareunie profonde.

Pour élaborer un diagnostic pertinent on distingue les douleurs qui ont toujours existé (appelé dyspareunies primaires), des douleurs qui sont survenues après une période sans douleur (appelé dyspareunies secondaires).

 Mais pourquoi ?

 Quand les douleurs à la pénétration ont toujours existé, il peut s’agir de malformation de la vulve, du vagin ou d’un hymen mal déchiré ou infecté.

Dans le cas où les douleurs seraient survenues alors que la femme n’en avait pas, nous allons plutôt orienter nos recherches vers :

-       Une origine infectieuse ou virale (herpès, mycose, trichomonas, gonocoques, etc.).

-       Une origine allergique (produits de toilette, savon, spermicides, etc.).

-       Une cause dermatologique (lésion de la peau, eczéma, etc.).

-       Une cicatrice au niveau de la vulve si les douleurs sont survenues à la suite d’un accouchement ou d’une opération chirurgicale.

-       Une sécheresse vaginale, atrophies des muqueuses vaginales et vulvaires chez la femme ménopausée chirurgicalement ou médicalement.

-       Une absence de lubrification vaginale qui par elle-même entraîne une irritation donc une douleur. Cela peut souligner une insatisfaction sexuelle ou l’absence de désir.

 En ce qui concerne les douleurs à la pénétration plus profondes, les causes peuvent être :

-       De l’endométriose

-       Une infection

-       Un utérus rétroversé

-       Des kystes

-       Des complications de fibrome

-       Etc.

À tout ceci, des facteurs psychologiques peuvent s’ajouter, seuls ou associés aux facteurs organiques.

 Témoignage :

«  Je ressens encore la honte que m’a affligée ma mère quand elle a dit devant toute la famille qu’il fallait que je cesse mes habitudes de filles de mauvaise vie, quand j’étais dans mon lit. » Dit Mlle C. 38 ans qui se plaint d’absence d’intérêt sexuel et de douleurs pendant la pénétration depuis des années.

 Les douleurs vaginales peuvent apparaître après un accouchement, prenant un prétexte physiologique, comme l’épisiotomie par exemple. Cela appuie, parfois, une cause psychologique, dans ce cas, la femme investie tout son capital affectif vers le bébé.

Ces douleurs peuvent également cacher des stérilités mal vécues (hystérectomie, ménopause…).

 Les causes de douleur sexuelle peuvent également être exclusivement psychologique : une femme dépressive, une mésentente conjugale, une ambivalence à l’égard de son conjoint, ou plus clairement son rejet, la culpabilité de ressentir du plaisir, la peur ou la culpabilité de fantasmer, etc.

Enfin il peut y avoir des traumatismes : viol, tentatives de viols, attouchements, inceste ou même parfois des cas de victimes d’exhibitionnistes.

 C’est grave docteur ?

De manière générale, la douleur vaginale peut n’être qu’un prétexte, un alibi. La douleur fait barrière entre la femme et son partenaire. Les femmes qui se plaignent de dyspareunies refusent souvent la sexualité dans son ensemble. Elles sont agressives contre elle-même. Quand on souffre de douleurs sexuelles, il est très important de faire un examen gynécologique extrêmement minutieux  et complet. Les anomalies organiques au niveau de la vulve sont très difficiles à détecter.

En fonction de la cause de la douleur, différentes prescriptions peuvent être faites par un médecin.

Une prise en charge thérapeutique est nécessaire mais ne résout pas toujours le problème.

 Dans la majorité des cas, un accompagnement psychologique ou sexologique est indispensable afin de résoudre les conflits et problèmes avec le conjoint.

Dans le cas inverse, les douleurs sexuelles risquent de persister car elles servent « d’arme » contre l’autre.

 Vous vous sentez concerné par ce sujet, faites vous appeler par notre experte, une simple séance de 15 min vous aidera à cibler la cause de vos douleurs.